Mon chien, mon gourou

Mon Chien, mon Gourou de Gilles Moutounet. 2018, Editions Contre-Dires. Une lecture rafraîchissante, au croisement de l’amusement et du développement personnel. Sans toute la prétention que l’on retrouve parfois dans les livres de ce rayon. L’écriture modeste d’un homme qui n’a pas la prétention de savoir mieux que les autres mais qui partage ce qu’il a retiré de sa longue amitié avec son chien, Skötti, et de ses multiples lectures au rayon du développement personnel. Justesse et légèreté.

My dog, my God.

C’est ce livre qui m’a fait remarquer que dog était l’anagramme de God ! D’ailleurs pour l’anecdote, en rédigeant cette petite fiche, je m’aperçois qu’une faute de frappe est restée dans la couverture.  On y lit « Titre Original : My Gog, my Guru »… l’hésitation entre my God et y Dog a été trop forte !

Un carnet de recettes de vie

11 courts chapitres, qui correspondent chacun à un enseignement, que l’auteur a retiré de son quotidien auprès de son chien. Comme un petit carnet de recettes que l’on garde toujours près de soi et dans lequel on peut facilement se replonger quelques minutes le soir, sans avoir à relire le livre dans son intégralité. Un peu comme des nouvelles.

Je ne vais pas énumérer toutes les règles de vie, pour vous laisser la joie de les découvrir. Je préfère m’attarder sur une ou deux. Ce seront pour moi  : Vivre le moment présent que je mets en relation avec Jouez avec la nature. C’est un choix très personnel.

Moment de reconnexion avec Amy… nos moments préférés à toutes les deux.

Vivre le moment présent est une des choses les plus difficiles qui soient : tout tend à nous en éloigner, et pourtant c’est en regardant trop le passé et surtout en anticipant ce qui n’est pas prévisible, que je me suis moi-même créé des barrières pour réaliser mes rêves… Les seules fois où j’ai vécu le présent sont justement celles qui m’ont permis de faire les meilleurs choix de vie.

Amy et moi dans le même état de détente après une sortie.

Jouer avec la nature et se connecter avec elle. Un des enseignements principaux de mon berger australien. Quand j’ai adopté Amy, je m’étonnais de voir une amie partir en montagne régulièrement avec son husky. Pourquoi partir si loin quand on peut se balader en ville…? Aujourd’hui, impossible de m’imaginer plusieurs semaines sans tour autour d’un lac, ni plusieurs jours sans sortie en liberté. Ce besoin de nature m’est devenu essentiel. Gilles Moutounet résume très bien ses balades quotidiennes avec Skötti en bord de mer : « Une balade à l’extérieur nous ouvre l’esprit à la créativité et à toutes sortes d’idées nouvelles. C’est une pause indispensable (…)  La visite d’un jardin ou d’un parc du quartier où passer un moment sur un banc à observer les animaux aide tout le monde à se reconnecter avec la nature ».

Une lecture à la fois très simple et pas du tout idiote.

J’apprécie la manière qu’a l’auteur de nourrir chaque principe de tout un tas de références, notamment de ses lectures passées (dont les fameux Quatre Accords Toltèques de Don Miguel Ruiz qui trône toujours dans la liste des basiques que je n’ai pas lus). Ainsi, même si l’on est moins sensible à une idée, on la comprend facilement. Et on découvre au passage un paquet d’idées de lectures.

Allez Mams, arrête de lire et détend-toi, on les connaît par cœur les préceptes, c’est comme si on les avait écrits nous-même !

Pour autant, rassurez-vous, rien de pompeux dans ce livre et dans les références dont il se nourrit, vous pourrez en garder une lecture simple et ne pas chercher à approfondir. C’est justement ce qui – à mon avis – en fait le succès : la profondeur des idées, et la légèreté des situations qui les provoquent.

Pour conclure j’ai été ravie de me plonger dans un univers si proche du mien. J’en sors avec l’envie de continuer à mettre en pratique ces idées pleines de bon sens. Et très amusée de voir qu’à l’autre bout du monde, en Inde, un « maître » de chien ressent les mêmes émotions et se nourrit des mêmes choses que moi, grâce à son chien. Comme quoi ce que nos amis poilus nous offrent généreusement est universel…