Mon chien ne joue plus avec sa balle

Ce matin, au détour d’un site web, je tombe sur un jouet pour chien en promotion : « Marre que votre chien ne s’amuse plus avec sa balle ? Avec la Balle Quickefluck, votre chien va retrouver le goût du jeu. La balle Quickefluck a été créée par des experts pour assurer l’amusement de nos chiens.» Chic, chic, chic, voici ce que j’avais à vous dire de la part de votre chien qui ne joue pas.

Marre que votre chien ne s’amuse plus

Marre.
Je continue ? Ou j’ai déjà tout dit ?!
La colère n’amène – jamais – rien de bon.
Mais revenons au sujet.
Il ne veut plus jouer.
Seul.
Ha. Il est peut-être là le problème non ?

Je ne comprends pas, il l’aimait cette balle

Classique.

La Rafa de la Balle Kong.

Voici l’effet que cela me fait : c’est un peu comme si je disais à Rafael Nadal « putain Rafa [oui je suis son coach], je ne comprends pas, ces derniers temps je te sens vachement moins dedans pour te renvoyer la balle tout seul. Qu’est-ce qu’il se passe ? Un coup de mou ? ».

Ou bien… imaginez que je vous laisse végéter seul sur un transat avec un super Polar. Pendant des jours. Durant des mois. Alors, ce Polar, au bout de 6 mois seul avec lui posé au coin du transat, vous l’aimez toujours autant ? Avez-vous encore envie de le relire ? D’ailleurs, songez au nombre de livres stockés chez vous, demi-morts, sur des étagères. C’est quand un ami vous en parle, que vous ressortez le bouquin, est-ce que je me trompe ?

Autre exemple farfelu : « le chapeau »

On me dit un jour « je t’assure que ma chienne adore le chapeau, du coup, j’ai fini par lui laisser. On passe des heures à s’envoyer le chapeau le soir, c’est son moment »… et si c’était pour ça qu’elle aimait réellement le chapeau …? Elementaire.
Evidemment, en termes d’éducation, je déconseille d’habituer son chien à jouer avec un objet interdit au quotidien ou interdit chez la plupart des gens, cela lui évitera de se faire disputer injustement dans le futur. Mais ce n’est pas le propos. Cet exemple illustre parfaitement que :

L’important n’est pas l’objet EN SOI. Mais l’interaction.

Prenez un chapeau, une balle Quickefluck, une branche, ou une chaussette trouée. Le plus important pour toutou(ne), ce n’est pas tant l’objet, mais ce qu’il représente : le moment passé avec vous. La joie que vous avez partagée, l’intérêt que vous avez eu pour votre animal, l’amour que vous lui avez donné. Aux parents qui me lisent : ça ne vous rappelle pas votre rejeton ? Et aux grands-enfants parmi nous : votre stylo Bic à 1 Franc, celui que vous avait donné papa. Ou le vieux mouchoir en tissu de grand-père pour s’endormir. Il était important à vos yeux. Très important… Et bien… c’était juste une balle.

Partie de balle d’un chien qui n’aime pas les balles… mais qui aime que sa maîtresse joue avec lui !

Bien sûr votre animal a ses goûts (j’y reviendrai dans un autre papier), et va préférer certains jouets à d’autres. Bien sûr il se sert parfois du jouet pour d’autres raisons que pour jouer (attirer votre attention, manifester de l’excitation ou de l’ennui). Mais lorsque vous jouez avec lui, ce qui prime – me semble-t-il – c’est le moment vécu avec vous. L’interaction que vous créez autour du jouet. Voilà une des raisons pour lesquelles j’aime passer du temps avec mes chiennes. Elles me montrent immédiatement combien cela les rend heureuses. (Et en plus, après une bonne partie de jeu, la Berger Australien sourit. Pour de vrai. Avec les dents ! ).

Post-scriptum : partant de là, je viens donc de démonter tout le commerce des jouets pour chiens, puisque si on applique ce que je viens de dire, une balle basique fait l’affaire et rend toutou heureux. Pourvu que son maître (sa maîtresse) (ou d’autres) joue(nt) avec lui. Qu’à cela ne tienne, vous apprendrez plus loin dans ce blog que je suis fanatique de jouets pour chien. Alors même si l’instant présent et l’émotion sont plus importants que l’objet, vive les jouets pour chien (et pour chat) ! Faites-vous plaisir et surtout faites-lui plaisir !